Analyser la géopolitique mondiale pour comprendre que les réfugiés sont des victimes, pas des coupables