Les centres régionaux d’intégration du Hainaut publient un guide d’accompagnement à destination des mineurs étrangers non accompagnés

Public particulièrement fragilisé par excellence, les mineurs étrangers non accompagnés (MENA, en abrégé) requièrent une attention décuplée de la part de tous les intervenants chargés de leur encadrement. La raison ? Leur jeune âge bien sûr, mais aussi les traumatismes vécus dans leur pays d’origine (guerre, famine, catastrophe naturelle, etc.) qui s’additionnent à leur méconnaissance totale de notre pays, que ce soit sur le plan de la langue, des codes culturels, des institutions ou des pratiques administratives, entre autres. Le guide intitulé « Bienvenue dans le Hainaut et à Bruxelles » qui vient de sortir est conçu comme un couteau suisse multifonction permettant à ce public particulier de prendre son envol dans la jungle de la vie chez nous.

Pour rappel, l’appellation MENA désigne les jeunes d’origine étrangère de moins de 18 ans qui débarquent sur le sol belge sans leurs parents ou représentants légaux. Selon les chiffres relayés par la Plateforme Mineurs en Exil basée à Bruxelles, ceux-ci étaient au nombre de 5076 en Belgique en 2015, un peu moins, 4563, en 2019. Il s’agissait d’une majorité de garçons, âgés de 16 à 17 ans, originaires principalement (par ordre décroissant) d’Afghanistan, d’Érythrée et du Maroc.

Pour ces jeunes, la solitude et l’éloignement des leurs sont des traumatismes communs fondamentaux auxquels s’ajoutent les difficultés d’acclimatation à une société dont ils ignorent tout. Grâce à l’aide de tuteurs et à l’intervention de professionnels du secteur, ces jeunes se frayent un chemin dans les multiples dédales de la vie en Belgique… jusqu’à 18 ans. Et après ? C’est précisément pour les aider à franchir ce palier vers l’autonomie que le guide « Bienvenue dans le Hainaut et à Bruxelles » a été rédigé à leur intention.

Un passeport vers l’autonomie

Ce sont à l’origine les membres de l’équipe du centre pour réfugiés de Morlanwelz dans le Hainaut qui, émus par le sort des mineurs de leur établissement happés par l’âge de la majorité, ont l’idée, en juillet 2019, de fournir à ceux-ci un guide en forme de passeport vers l’autonomie. Comment mettre cette ambitieuse idée en pratique au plus vite et de manière la plus complète possible ? Un contact est aussitôt pris avec les centres régionaux d’intégration du Hainaut qui, séduits par ce projet, décident de s’y associer pour lui donner toutes les chances d’aboutir de la plus performante des manières.

« Bienvenue dans le Hainaut et à Bruxelles » a donc vu le jour un an plus tard, en septembre 2020, de l’initiative conjointe du centre d’accueil de Morlanwelz, du CeRAIC (Centre Régional d’Intégration de la région du Centre), du CIMB (Centre Interculturel de Mons et du Borinage) et du CRIC (Centre Régional d’Intégration de Charleroi), avec le soutien financier de La Wallonie. Cette brochure de 72 pages, sous-titrée « Petit guide pour t’accompagner et t’épauler dans la vie de tous les jours », présente la particularité d’avoir été conçue et rédigée au départ des préoccupations et de l’expérience des MENA du centre de Morlanwelz, une garantie ultime de ce que son contenu épouse totalement les besoins des jeunes plongés dans les situations concrètes évoquées.

Un contenu pratique sous une forme attractive

La nouvelle brochure se présente comme un document largement basé sur les couleurs, les schémas et les illustrations qui lui confèrent une lisibilité maximale et une attractivité particulière pour un public jeune qui n’est, de surcroît, souvent pas totalement familiarisé avec la langue française. Son contenu est essentiellement pratique. Il se subdivise en dix chapitres dont la plupart correspond à un domaine spécifique de la vie. Après une approche introductive de « C’est où… le Hainaut et Bruxelles ? », il passe en revue les secteurs « Job et formations », « Maison et appartement », « Pour ma santé », Administratif et documents divers », « École », « Loisirs », « Finances » et se termine par un glossaire et une rubrique spécifique reprenant « Répertoire et numéros utiles ».

Le volet sur l’emploi reprend, par exemple, le déroulé des étapes de la démarche sous l’intitulé « Je cherche du travail. Que dois-je faire ? » Le descriptif de ces étapes est complété par une liste des coordonnées des syndicats, par un relevé explicatif des documents importants du domaine (règlement de travail, contrat de travail, fiche de paie) et par un liste de références d’organismes liés à l’emploi (Forem, Actiris, etc.). S’ajoutent enfin des informations concernant les droits minimaux en matière de travail pour les personnes en séjour irrégulier (une population spécificité évoquée dans chaque chapitre), assortis de quelques conseils qui s’adressent, d’une part, aux mineurs et, d’autre part, aux majeurs. Et il en va approximativement de même pour les autres chapitres du document.

Pourquoi une délimitation du descriptif de la brochure au Hainaut et à Bruxelles ? Parce que les trois centres régionaux partenaires du projet couvrent ensemble le territoire de cette province et que l’équipe du centre d’accueil de Morlanwelz s’est aperçue qu’arrivés à l’âge fatidique de 18 ans, la majorité des MENA migrent vers la capitale où ils possèdent des attaches tissées au fil du temps. Une forme de pied à l’étrier pour une nouvelle vie et pour un passage plus aisé vers l’âge adulte, après l’étape du centre d’accueil. Mais aussi un outil de référence pour les professionnels de première ligne qui assurent l’accompagnement des MENA au niveau juridique, social, administratif, etc.

Une brochure complémentaire sur la santé

La brochure éditée par ce groupe de partenaires a fait l’objet d’un premier tirage de 5000 exemplaires qui sont distribués par les centres régionaux d’intégration concernés, ainsi que par le centre d’accueil de Morlanwelz. Cet outil à la fois complet et concis est également accessible, via les sites Internet de ces organismes impliqués dans son élaboration. Le fascicule a été financé par La Wallonie à hauteur de 3500 euros, somme qui inclut l’édition d’un fascicule complémentaire intitulé « La santé en question ».

Ce second document s’adresse au personnel de la santé au sens large (médecins, hôpitaux, maisons médicales, centres PMS, CPAS, etc.). Il vise à faciliter à celui-ci la communication avec les patients. Il contient notamment un lexique de termes médicaux repris en quatre langues : le français, l’anglais, l’espagnol et l’arabe. Ce lexique est complété par une liste de pictogrammes relatifs à la posologie ou à l’échelle de la douleur, ainsi que par des schémas du corps humain reprenant les différents organes internes et externes du corps. Ce dernier document a été tiré à 1600 exemplaires.

Dominique Watrin