Élections 2019 : les priorités des CRI

Les difficultés que rencontrent les personnes étrangères ou d’origine étrangère sont identiques à celles rencontrées par tout autre citoyen, parfois vivant dans des conditions de précarité. Ce sont notamment :

  • Des problèmes d’accès à l’emploi, au logement ou encore aux soins de santé ;
  • Des problèmes de mobilité dans les zones rurales ;
  • Des problèmes pour faire garder leurs enfants en bas âge ;
  • Ou encore des problèmes de discrimination (handicap, orientation sexuelle, âge, fortune, état civil, convictions politiques ou syndicales, état de santé, caractéristiques physiques ou génétiques, naissance, origine sociale).

S’y ajoutent, en sus, des spécificités qui leur sont propres :

  • Des problèmes liés à la langue ;
  • Des problèmes liés à la méfiance qui leur est portée sur fond de stéréotypes ou de préjugés ;
  • Ou même des problèmes de discrimination et de racisme (les critères dits « raciaux » parmi lesquels : prétendue race, couleur de peau, nationalité, ascendance, particulièrement origine juive, et origine nationale ou ethnique, ainsi que d’autres critères tels que les convictions philosophiques ou religieuses).

Les centres régionaux pour l’intégration (CRI) pensent, avant tout, que l’ensemble des recommandations présentées ici peut avoir un impact positif pour tous les habitants de la région wallonne. Certes, quelques recommandations ont pour bénéficiaires spécifiques les personnes étrangères ou d’origine étrangère, avec toutefois des répercussions positives pour toute la société.