Coordination wallonne des Collectifs et Associations en soutien aux migrants en transit

Coordination wallonne des Collectifs et Associations en soutien aux migrants en transit

De l’engagement citoyen à l’action publique

Le DisCRI au cœur du soutien apporté aux personnes en migration de transit en Wallonie

À l’approche de l’hiver, le 4e depuis 2018, la Coordination wallonne souhaite poursuivre son travail au bénéfice des collectifs citoyens et des personnes en migration qu’elle accompagne, en :

  • Sollicitant de la part de la Région wallonne la pérennisation de son soutien financier, au-delà de la crise sanitaire et à hauteur des besoins objectifs exprimés lors des 2 appels à projets ;
  • Collaborant avec la Plateforme BELREFUGEES et ses antennes régionales ;
  • Prolongeant et renforçant le lien avec les relais sociaux de Wallonie ;
  • Amplifiant le soutien apporté aux ILI (Initiatives locales d’intégration), de manière à garantir aux personnes migrantes l’accès aux informations nécessaires concernant l’ensemble des droits et devoirs et les pistes possibles de solution ;
  • Renforçant le rassemblement des CRI (Centres Régionaux d’Intégration) autour de la thématique afin de favoriser le partage d’expériences des collectifs, les échanges de bonnes pratiques, de projets et de supports;
  • Collaborant avec l’ensemble des communes et CPAS concernés, avec le soutien du Ministre des Pouvoirs locaux ;
  • Modulant la collaboration étroite avec les ONG actives sur le terrain (MSF, MdM, Croix-Rouge…) ;
  • Consolidant les relations avec les associations d’éducation permanente pour offrir à la population locale les clés de compréhension et de réflexion nécessaires (Mouvement PAC, Afico, Ciep/MOC…).

Historique

2018, année de prise de conscience de la situation

En 2018, les populations de communes de la Province de Namur et de la Province du Luxembourg (Gembloux, la Bruyère, Jemeppe-sur-Sambre, Rochefort dans la province de Namur, Habay dans la province du Luxembourg) sont interpellées par le sort de nombreuses personnes en transit dans leur commune.

Ces hommes et ces femmes, aux parcours aussi divers que variés (en provenance d’Érythrée, du Soudan, d’Éthiopie, de Somalie, de Lybie, d’Égypte, d’Afghanistan, d’Irak et de Syrie) passent la nuit sur les aires de parking et tentent de rejoindre l’Angleterre par camion. Ielles ne sont que de passage et ne désirent pas rester en Belgique, ielles n’entrent pas dans les conditions de prise en charge des migrant·es demandeur·ses d’asile.

Les citoyen·nes des communes évoquées font face à une situation humanitaire préoccupante. Grâce à l’appui d’associations actives sur le terrain, des initiatives commencent à voir le jour afin d’apporter des vivres et des vêtements. De quoi tenir le coup.
On dénombre à ce moment-là entre 150 et 180 personnes de passage par jour sur la province de Namur et environ une 30taine sur la province du Luxembourg. Parmi elles, des mineur·es, certain·es non accompagné·es et des femmes, dont quelques-unes enceintes.

L’hiver 2018-2019 finit par approcher, le Centre d’Action Interculturelle de la province de Namur (C.A.I.) est interpellé par les citoyen·nes. Il entreprend dès lors de mettre en réseau les opérateurs au niveau de chaque commune et de faire le lien entre les initiatives existantes autour de Namur. Sept associations œuvrent désormais d’une même voix : le C.A.I., le GABS (Groupe d’Animation de la Basse-Sambre), le CIEP-MOC Namur, le RWLP (Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté), le CNCD 11.11.11 Namur, CEPAG-Afico et la régionale PAC de Namur. Elles sont rejointes par les collectifs citoyens. Ensemble, ielles sensibilisent le grand public, informent les citoyen·nes et tentent d’aider chaque collectif dans ses besoins spécifiques en faisant le relais entre eux et les associations de terrain ou les pouvoirs locaux.

Octobre 2018 : 1re interpellation politique du Gouverneur en province du Luxembourg, avec le Centre Régional d’Intégration du Luxembourg (CRILUX) et la COLUXAM (Coordination Luxembourgeoise Asile Migration).

Décembre 2018 : la plateforme des 7 associations namuroises et des collectifs citoyens namurois interpelle le Gouverneur de la Province de Namur.

Fin 2018 : le C.A.I. organise une réunion à Bruxelles avec la plateforme citoyenne BXL Refugees, le CIRE et la Ligue des droits humains. Objectif : partager leurs bonnes pratiques sur Bruxelles et analyser ce qu’il y aurait lieu de faire en Wallonie, de manière décentralisée et sur un territoire semi-rural.

Interpellations politiques en 2019

Mars 2019 : une lettre ouverte aux élu·es de tous les niveaux de pouvoir est envoyée pour demander que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités et soulagent les collectifs citoyens, fatigués de donner de leur temps et de leur argent depuis déjà un hiver. Cette lettre demande en outre, avec insistance, qu’un relais politique soit mis en place. Elle est portée par pas moins de 45 signataires, qui s’ajoutent aux collectifs et aux associations porteuses du projet.

Fin novembre 2019 : une première rencontre s’opère entre les deux provinces et les interpellations politiques se multiplient, grâce à l’appui du CNCD, de la COLUXAM et du CRILUX.

Plateforme namuroise : des réunions de coordination provinciale avec les acteur·trices citoyen·nes et associatif·ves se sont tenues, avec des interpellations politiques aux échelons locaux et provinciaux via la motion de « commune hospitalière ».

La Région wallonne est également interpellée afin que, à l’instar de la Région bruxelloise, elle vienne en aide à ce public dont les droits fondamentaux ne sont pas respectés et afin qu’elle interpelle tant le gouvernement fédéral que les pouvoirs publics locaux.

La convergence des associations et collectifs actifs sur la question a mis en exergue la nécessité d’action de la part du monde politique afin qu’une réponse structurelle à la situation des migrant·es en transit soit officialisée.

Fin 2019 : il apparait plus que nécessaire de s’organiser, de mieux distinguer les coordinations provinciales et wallonne, de se répartir les tâches si on veut aboutir à quelque chose de concret. Si le CRILUX et le C.A.I. peuvent respectivement s’investir dans le pilotage des actions sur leur province, il faut une énergie supplémentaire pour coordonner et piloter une coordination au niveau wallon.

Le PAC Namur, en tant que régionale d’un mouvement d’éducation populaire présent sur tout le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, propose de jouer ce rôle de coordination, avec le soutien des CRI namurois et luxembourgeois ainsi que d’autres associations et collectifs.

Concrétisation de l’action politique en 2020

Janvier 2020 : suite aux interpellations politiques, les collectifs et associations, rejoints par la Plateforme citoyenne en Région wallonne, rencontrent les cabinets des ministres wallons Pierre-Yves Dermagne (ministre en charge du Logement et des Pouvoirs locaux) et Christie Morreale (ministre en charge notamment de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances).

Entre-temps, la plateforme devient la Coordination wallonne des Collectifs et Associations en soutien aux personnes migrantes en transit, afin de représenter les collectifs et associations des 5 provinces concernées.

Mars 2020, crise sanitaire liée à la propagation du Covid-19 : la Coordination reste particulièrement active sur la question de l’urgence sociale (recherche de moyens financiers pour appuyer les collectifs, développement d’un plaidoyer pour l’ouverture d’abris de confinement auprès des pouvoirs provinciaux et locaux, participation à la task force wallonne d’urgence sociale coronavirus avec les CRI, le RWLP, la FDSS, la Fédération des CPAS et les relais sociaux).

Enfin, en septembre 2020, les premiers actes politiques officiels sont posés : une circulaire régionale sur la situation des personnes migrantes en transit est envoyée à tous les pouvoirs locaux par l’administration wallonne. Le but : sensibiliser ces derniers à la situation de ces personnes vulnérables et les inviter à leur assurer à chacun·e un traitement digne, un accès aux droits fondamentaux et de garantir leur protection.

Une nouvelle subvention en 2021

La perspective d’un nouveau confinement couplé à l’approche de l’hiver font craindre le pire aux collectifs et associations de terrain. La Région wallonne décide alors, le 21 octobre 2020, de débloquer une subvention exceptionnelle d’urgence humanitaire dans le cadre de la résurgence de la crise sanitaire à hauteur de 300 000 €.

Versée à la Coordination wallonne des Collectifs et Associations en soutien aux Migrants en transit, cette somme permet de pallier aux besoins urgents des collectifs et associations : un logement, l’accès à l’aide médicale urgente, à de l’aide alimentaire, à l’eau, à l’électricité, à du matériel de protection, à des douches…

La Coordination wallonne poursuit en outre sa veille sur la situation des différents collectifs en Région wallonne et la recherche de solutions locales et globales dans des dynamiques de partenariat avec les pouvoirs publics, les associations d’aide humanitaire et les collectifs de citoyens.

Mai 2021 : Organisation de la campagne de vaccination avec le soutien des Collectifs citoyens, en collaboration avec le SPW Action sociale, le cabinet de la Ministre Morreale et la délégation wallonne COVID-19 et le soutien des Centres Régionaux d’Intégration, des Relais Sociaux et la Fédération des Maisons médicales.

Juin 2021 : 2e subvention exceptionnelle de 300.000€ dans le cadre de la crise sanitaire, attribuée au DisCRI, Dispositif de concertation et d’appui aux Centres Régionaux d’Intégration de Wallonie, pour la période de juillet à décembre 2021.

État des lieux en 2021

Il y a aujourd’hui en Région wallonne plus de 35 collectifs/hébergements citoyens (près de la moitié relevant des antennes régionales de la Plateforme citoyenne) présents dans plus de 37 communes, accompagnant en moyenne près de 1 000 personnes migrantes en transit, encadrées par plus de 1500 bénévoles citoyens.

Sur les 300.000€ dépensés de la première subvention : le poste le plus important est celui de l’alimentation, suivi par celui des charges, suivi seulement par celui des loyers (de plus en plus pris en charge par les communes).


Informations complémentaires


De l’engagement citoyen à l’action politique

Coordination wallonne des Collectifs et Associatifs en soutien aux migrants en transit.
Document réalisé par Line Gerbovits (octobre 2021).

Do